Une définition du livre

Marin Dacos blogue, Alain Pierrot plus, Cory McGloud non. Tous trois se retrouvent pourtant au salon des Toc, des outils pour changer l’édition… Ce n’est pas du toc, et le groupe promu par O’Reilly n’est pas toqué. Loin de là.

Viennent de se dérouler trois jours de conférences et d’exposition relayées par Marin Dacos et Hubert Guillaud. Là, comme dit Alain qui tel un jazzman calé scande, là, sa phrase, le mouvant du Net devient une bonne houle, avec des creux de deux à trois mètres encore, qui sont l’édition de papa, la librairie de maman, le système de diffusion et de distribution de grand-père. Mais sur la crête des vagues, l’écume se tient sous le vent. Elle se détache pour créer des réseaux, pour éditer en ligne, pour écrire direct à l’écran, avec d’autres ou en solo. L’écume se solidifie lorsque l’on parvient à définir le livre d’aujourd’hui. C’est ce qu’a fait Bob Stein. Et un tour sur Zazie, Facebook, sur Remue, les Ressources ou Publie et quelques sites, blogs ou agrégateurs montrent à quel point c’est déjà. Là. Ici, même.

Constance Krebs, 12 février 2009.


About this entry