Editer en ligne, pourquoi?

Dernier cours… Vers une diffusion et une communication à partir d’outils et d’usages contemporains.

A – Rappel (1/2 h). Une diffusion soudain mondiale, de nouveaux champs à explorer

A1. Dernières années du XXe siècle, les éditeurs pionniers.

1995. Clicnet, sur le Net uniquement, en HTML puis PDF. Carole Netter.

1997. 00h00 (pas d’archive en ligne), un contrat qui envisage “tous supports présents et à venir”, et “de mettre en oeuvre tous les moyens à sa disposition pour la diffusion de l’oeuvre”, en PDF structuré en SGML puis XML pour que le même fichier soit déclinable sur papier, PDF, HTML, OEBS, etc. Fichiers audio, clips vidéo. Jean-Pierre Arbon et Bruno de Sa Moreira, leurs parcours. Gemstar, et le développement sur bouquineur, e-book.
1998. Cylibris, un contrat lisible par tous, disponible en ligne. Une impression à la demande et PDF. Olivier Gainon.

Mais aussi La Boucherie, et quelques libraires en ligne – Alapage, BOL, Chapitre, puis Amazon, FNAC, Numilog

A2. Premières années du XXIe siècle. Des éditeurs

Editeurs en ligne, ou sites compagnons? M21
Léo Scheer
POL
Al Dante

Du compte d’auteur?
Manuscrit

Lulu

In libro veritas

Des écrivains auto-édités
– sans éditeur traditionnel, ou très peu
Arnaud Maisetti, Thibault de Viviés, Fred Griot, Pierre Ménard, Marelle; Philippe De Jonkheere, désordre
conséquence: les invités. L’auteur partage les possibilités du Net, diffuse. Premiers états des réseaux sociaux.

– édités,
Thierry Beinstingel, Eric Chevillard, Renaud Camus, Jean-Michel Maulpoix, Chloé Delaume, Laure Limongi, Jean-Marie Blas de Roblès, etc. Site d’auteur, en mouvement, ou site compagnon, d’information? De l’un à l’autre.
Le cas de François Bon (Minuit, Verdier, Fayard, Albin Michel, etc.), www.remue.net, du groupe d’amis écrivains, éditeurs, lecteurs au collectif de remue, tiers livre, de Rabelais sur ABU à tierslivre, blog-journal. De tiers livre blog-journal à tiers livre, agrégateur de contenus qui aboutit à publie.net. Remue. Collecte de textes, lisibles en ligne uniquement car pas de diffusion papier – puis exploitation de l’outil numérique. Publie.net, un modèle économique?

B – Les revues. Rappels (1h).

B1. Un champ d’exploration littéraire, les revues : l’outil numérique
1997. Bibliothèque électronique de Lisieux. Olivier Bogros, l’inlassable. Hier sur Litor (aujourd’hui aussi). Aujourd’hui sur Numilog. Demain sur Google et Amazon?

1999. Inventaire / Invention. Patrick Cahuzac. Un modèle économique, des textes lisibles à l’écran et sur papier.

1999. Revue des Ressources
cinéma, littérature et histoire littéraire: Robin Hunzinger, Bernard Gauthier, Schwob, Jacques Decours et le situationnisme. En ligne uniquement. Edition papier tentée chez 00h00 qui n’a pu donner suite (rachat en cours).

B2. Réseaux sociaux, listes de diffusion, blogs, commentaires

1998. Zazieweb, première version en 1998, Fabula, dernière version

1999. Litor, Patrick Rebollar. Hubert de Phalèse et la collection Cap Agreg

Blog, les spécialistes “postent” leurs réflexions partout. Importance des commentaires : commenter c’est exister. Voir Lafeuille, le blog de Pisani, celui de Jean-Michel Salaün

Friends, les réseaux sociaux où avatars et idées, créations circulent aisément. MySpace, FaceBook, SecondLife… Focus sur facebook.
Ensemble et individuel, les agrégateurs de contenus, une bibliothèque à plat. De l’importance de Netvibes, le portail perso. Soi et les autres, un centre d’intérêt, des liens : Delicious. Flickr, etc. Facebook fait partie de cette place qu’on s’accorde dans le monde.

Déplacements des usages. Utilisation massive du Net pour documentation, QCM, jeux, partage de données, échanges. On écrit, on lit sur le Net. Les outils apprivoisés par tous le seront vite par l’édition.

B3. Conséquence : déplacements de l’écriture

Comment diffuser les textes, images, sons de ces sites sans détériorer la mise en page, en la mettant en valeur? Quel travail l’éditeur doit-il mettre en place pour conserver, diffuser, développer ces oeuvres en mouvement? Structuration des textes. Maintenant largement automatisée. Mais le temps imparti à la mise en ligne d’un fichier déjà numérisé n’est pas à negliger.

Inventaire, Fluctuat : HTML, XHTML, Remue , Publie.net : SPIP, XHTML, Chaoïd Dock(s), LibrKritik, : Flash, HTML, etc. Et aussi Le Matricule des Anges, Hermaphrodite, Le Nouveau Recueil, La Quinzaine littéraire, etc., sont aujourd’hui diffusées en ligne à cause du prix du papier et de la diffusion. Rares sont les revues qui animent leurs sites.

Raisons économiques seulement?

En 10 ans, l’édition en ligne est passée de l’ordinateur dynamique, un peu plus qu’un CD-Rom, mais pas beaucoup plus, à un réseau vivant, mouvant, d’ordinateurs reliés entre eux. Zazieweb l’a compris avant tout le monde en créant une communauté de lecteurs. 00h00 aussi, mais a vite été contraint par les réalités économiques d’une SARL. Il est grand temps, alors que les outils dont on dispose sont aisés à utiliser, que l’édition en ligne renaisse. Celle des SHS est bien là, celle du scolaire et du parascolaire ausis (exemples).

Rapidité de l’information. Légèreté de la mise en place. Pas de stocks, pas de transport. MAis une TVA importante. Une modification des usages liés au droit d’auteur (habitude de la gratuité des flux malgré le besoin de rémunération des acteurs).

Lenteur à voir émerger la vente des bouquineuses, trop chères.

C. Déplacements économiques d’un marché
La voix comme support, société du spectacle
L’image comme contrepoint au texte
L’écran comme lieu de transition
Le rapport au temps
L’écriture comme mineure
Editer (organiser, relire, structurer, rémunérer)

Modèles économiques? LH du vend. 25 janvier 2008

Comment commercialiser et diffuser des fichiers?


About this entry