Cours d’édition numérique | XML. 1, vue d’ensemble

Vous trouverez ci-dessous une extraction traduction du tutoriel d’XML Mind XML Editor (XXE). XXE est très commode parce qu’il vous offre une bibliothèque de DTD et de schémas par défaut. Pour plus de facilités, nous choisissons de travailler d’abord selon une DTD DocBook.

Vue d’ensemble du logiciel
De gauche à droite, et de haut en bas.

Le fichier est sous .doc ou .odt ; on ouvre XML Mind (XXE) et Open Office (OO) en regard. On vérifie si les feuilles de style sous OO sont bonnes. Attention à bien préciser, dans votre document OO, les feuilles de style de paragraphe et les feuilles de style de caractère. On donne un titre au .doc : Titre.doc. On enregistre le .doc sous .xml dans un dossier qui répertorie les .doc, les .jpg, etc., chacun avec un titre adapté, Titre.xml, Titre_Image.jpg, etc. Ce dossier est un répertoire. On lui donne un titre, TITRE, on y place les fichiers et on l’affiche sur le bureau de son ordinateur.

Sous XXE, on fait glisser sa souris sur la barre de menu jusqu’à « XML ». On ouvre son fichier. XML se modifie en « DocBook ». Sous « DocBook », on configure olinks selon l’emplacement et le nom de son fichier. Vous constatez l’importance du répertoire.

Sous XXE encore, on ouvre le dossier TITRE en question, on ouvre le fichier Titre.xml. Il s’affiche.

Observons la barre d’outils. Deux groupes de boutons sont affichés. L’un des deux types de boutons concerne les commandes fichiers (ouvrir un dossier, nouveau document), l’autre concerne les commandes génériques d’édition. Elles sont grisées par défaut. Lorsqu’un fichier est ouvert, un 3e groupe de boutons s’affiche sur la droite de la barre d’outils. Celui-ci permet d’ajouter des sections, des liens, des images, et de jouer sur les caractères (ital, gras).

Juste au-dessous, la barre « node path » permet de visualiser la racine des différents éléments, ou nœuds, du chemin XML. Elle montre l’articulation de ces nœuds, quels sont ceux que l’on sélectionne et quels en sont les éléments ancêtres. Cette racine est un composant clé d’XML. C’est elle qui permet de visualiser les multiples dimensions du texte.

Le bouton « recherche », à droite de la barre d’articulation des nœuds, permet de trouver un élément par son nom, par l’un de ses attributs, par ce que le texte contient ou par une combinaison de ces trois critères.

Les boutons suivants, à droite, permettent de suivre des liens. Le clic droit de la souris permet d’utiliser les outils les plus fréquents.

À droite de la fenêtre ouverte du fichier, une petite fenêtre s’est ouverte, qui montre des boutons; outils d’édition, ils permettent l’ajout, le remplacement, la conversion ou l’enchâssement des nœuds.

Les outils d’attibuts, dans la fenêtre du dessous, permettent d’éditer les attributs des éléments sélectionnés. Pour rappel, les attributs sont des entités qui définissent les propriétés d’objets, d’éléments ou de fichiers. Ils se composent habituellement d’un identificateur (un nom ou une clé) et d’une valeur. Dans les espaces de noms XML, les attributs sont employés dans les éléments de type complexe, ou prédéfini. Les éléments, quant à eux, sont des nœuds désignés au sein d’un espace de nom et pouvant contenir d’autres nœuds : texte, éléments, attributs (à l’exception du nœud document).

Juste sous la fenêtre « attribut », une fenêtre « recherche » permet de chercher/remplacer un texte dans le fichier en cours d’édition.

En-dessous toujours, la fenêtre « orthographe » permet de vérifier l’orthographe des mots en français, en anglais et dans d’autres langues usuelles du fichier en cours d’édition.

La fenêtre « caractères » permet quant à elle l’insertion de certains caractères dans le fichier ouvert sur la grand fenêtre centrale.

La fenêtre « validation » en dessous à droite, affiche des messages d’erreur quand le document édité est invalide, ou qu’il ne respecte pas la DTD ou le schéma. Lorsqu’on clique sur le numéro lié à l’erreur, on sélectionne l’élément correspondant dans la fenêtre centrale et dans la fenêtre de gauche.

Le bouton de validation du fichier montre l’état du fichier en cours. Selon qu’il est vert, jaune, orange ou rouge, il est respectivement bon, ou bien il vous reste à vérifier l’état sémantique, à corriger les erreurs sémantiques, à corriger les erreurs de références croisées (une image et un doc qui viendraient de dossiers différents, par exemple), à corriger des valeurs invalides dans quelques attributs ou éléments. Orné d’une croix, c’est la structure même du fichier qui est à revoir. En cliquant sur le bouton, on vérifie la validité du fichier en cours d’édition. En principe, ce n’est pas utile : la validité du document est vérifiée automatiquement quand vous ouvrez le fichier et à chaque fois que vous le sauvegarder.
Vous pouvez néanmoins mettre à jour cette fonction en cliquant sur l’icône située en pied d’écran à gauche pour vérifier après correction.

Le journal des messages, en pied d’écran, au centre, s’affiche dans la boîte de dialogue qui montre le texte des derniers messages. C’est très utile pour récupérer une manipulation que l’on a défait par erreur.

En cliquant sur INS ou OVR ou, sur le clavier, sur Escape ou Inser, vous passez en mode insertion ou écrasement (comme sous OO).

Enfin le presse papier indique ce que vous avez copié. En cliquant sur l’icône, une boîte de dialogue s’affiche, qui montre le contenu du presse-papier.

Cette traduction est faite en toute spontanéité : commentaires, corrections, précisions et questions bienvenues.

About these ads

About this entry